Rechercher
  • JeanClaude Decalonne

J'ai rêvé de la plus la plus belle école...


J'ai rêvé d'une école dans laquelle chaque enfant viendrait chaque jour en courant pour y apprendre et découvrir tout ce qui rend notre monde fascinant.

J'ai rêvé d'une classe grande aux murs recouverts d'images des plus beaux paysages de la Terre, de visages d'aventuriers, d'animaux libres dans des situations extraordinaires, avec plein de belles formules écrites en grandes lettres...

J'ai rêvé d'une classe où on mélangerait un peu les âges, dans laquelle les plus grands pourraient aider les plus petits... parfois, ça serait le contraire, il n'y aurait pas de règle stricte !

J'ai rêvé d'une école où s'apprendrait la vraie vie, la nature, les animaux, où on aimerait respecter tout ça... On regarderait où on pose les pieds dans la forêt, on découvrirait les plantes que l'on peut manger, celles qui soignent.

J'ai rêvé d'un Maître qui ne se fâcherait qu'après lui même quand les enfants se trompent, qui les entraînerait dans de folles aventures et les ferait rêver de tours du monde extraordinaires !

J'ai rêvé que ce Maître invite des personnages étonnants et généreux, qui offrent leurs plus belles expériences aux enfants.

J'ai rêvé que l'on puisse, dans cette école merveilleuse, apprendre les plus belles choses de la vie : chanter, danser, déclamer, pourquoi pas jouer un instrument de musique, ensemble, créer des spectacles, des comédies musicales, jouer...


Cette classe extraordinaire existe réellement ! Nous nous y sommes rendus, Emma, Yefren et moi, trois passeurs d'arts pas encore tout à fait remis de cette rencontre avec les "Filous", comme les surnomme Philippe Viard, leur incroyable "instituteur" (je sais, je devrais dire professeur des écoles, mais je suis nostalgique de l'ancien terme).

Les enfants racontent leurs nombreuses randonnées dans la nature, les aventures vécues ou celles de plus grands frères et sœurs ou camarades aventuriers, aventurières qu'ils accompagnent ou encouragent à distance. Ils mobilisent leurs familles, organisent des actions pour aider des élèves du bout du monde... Dans leur "Éco-École" d'Ennery dans le Val d'Oise, ils remuent la terre, élèvent des animaux de ferme, ils apprennent tout ce qu'il faut savoir sur les richesses de la nature, mais ils sont sensibilisés également sur ses fragilités.


Pourquoi nous sentons nous si proches et sommes nous si admiratifs du travail de Philippe Viard ? Sans doute parce que comme certains passeurs d'arts, il est capable d'illuminer l'univers et l'imaginaire des enfants. Sans doute aussi parce que comme le Maestro José-Antonio Abreu (fondateur du Sistema vénézuélien), il est convaincu des capacités des jeunes à se dépasser, il sait que chaque enfant est un Prix Nobel potentiel et que nous devons tout faire pour l'aider à grandir.



Cette merveilleuse expérience de vie, Philippe Viard, Professeur des écoles, sportif, aventurier, musicien, poète la partage dans un livre invitant le lecteur à passer à l'acte, à devenir acteur de changement.

Il évoque ennui en classe, troubles de l’attention, difficultés d’apprentissage…

Des problèmes récurrents qui indiquent que l’enseignement primaire doit se renouveler pour inclure tous les types d’intelligence et valoriser les comportements des enfants d’aujourd'hui.

Changer l'école de l'intérieur - Actes Sud



1 142 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout