À PROPOS

jcd Decalonne zebre Photo JeanLuc Laveni

Auteur dans le monde des spectacles avec chœurs, Jean-Claude Decalonne ne conçoit, ne crée qu'en Musique. Son écriture reflète une envie de convaincre le spectateur que l'art est indispensable à la vie.

Les thèmes abordés le plus souvent dans les textes évoquent l'enfance, la musique et les instruments, mais aussi l'exploitation de la planète et de ceux qui vivent dessus.

Entrepreneur social, éditeur musical, expert en organologie, concepteur d'événements musicaux, il est l'ami et le conseiller de nombreux artistes parmi ceux qui servent le plus intensément, le plus passionnément la Musique d'aujourd'hui.

 

Ses connaissances instrumentales l'ont conduit à créer Feeling Musique, leader français dans la distribution des instruments à vent, où il a pu développer des concepts d'aide au développement des pratiques instrumentales. Son action lui a valu d’obtenir le Trophée National de l’Entreprise Citoyenne en 2016, au moment où il met au point avec son fils Laurent un procédé révolutionnaire d’harmonisation des instruments à vent.

 

Pour lui, la Musique possède les plus beaux atouts en matière sociale et, il le démontre, elle sauve !... Il crée en 1999 le mouvement des classes orchestres, encore appelés orchestres à l’école. Il accompagne  des centaines de classes qui se transforment en orchestres.    

                                                                                 

Son engagement dans diverses actions de développement de pédagogies collectives en secteurs défavorisés lui fait découvrir les valeurs socio-éducatives des arts dans leur globalité. L'Art possède une influence propre à transformer chaque être, et il défend l'idée que chaque artiste peut, devrait être un passeur, en particulier auprès de tous ceux qui sont exclus de tout ou en grande difficulté.

 

Il devient “Ashoka Fellow“ en 2009, et il est est nommé Chevalier des Arts et Lettres en 2011 (décoration remise par Didier Lockwood).

 

C’est en 2012 qu’il crée “Passeurs d’Arts“, un modèle abouti d’éducation par l’orchestre exigeant et il crée les premières structures où les enfants font au moins six heures de répétitions d’orchestre par semaine. Les arts sauvent ; ils doivent être accessibles à ceux qui en ont le plus besoin : enfants des zones prioritaires, handicapés, personnes démunies, âgées, enfermées, malades… C'est une philosophie accessible à tous qui rassemble des acteurs de changement autour de lui. Des Maisons Passeurs d’Arts vont exister, partout où cela sera possible ; elles vont démontrer que l’art est le plus bel outil social dont l’homme dispose.